Home Contact Sitemap

Écopolit

www.ecopolit.eu | écologie politique - environnement - humeurs - analyses - développement - coups de gueule

ecopolit

rss feed technorati fav



Tout ce que vous avez toujours souhaité savoir sur l'écologie politique ici et ailleurs sans jamais oser...

Nous sommes tous REACH?

Published by Alexis Prokopiev | Filed under Toxiques, Chimie, Europe

La règlementation REACH (enregistrement, évaluation, autorisation et restrictions relatifs aux substances chimiques (en anglais: Registration, Evaluation, Authorisation and Restriction of Chemicals)), qui entre en vigueur aujourd’hui, est incontestablement une avancée dans la recherche et la lutte contre les substances chimiques qui représentent un danger pour la santé des citoyens.

Ce système unique obligera les industries chimiques à fournir des informations sur les quelques 30 000 substances largement distribuées et utilisées. En se basant sur le principe de précaution, REACH est synonyme d’une avancée puisque certaines substances qui vont s’avérer être particulièrement dangereuses ne pourront plus être commercialisées. Enfin, REACH impose une substitution partielle pour certaines substances pour lesquelles les industriels trouveront un remplacement.

Le règlement REACH est donc salué puisqu’il représente un pas en avant dans la politique écologique européenne. Pourtant, de nombreuses ONG montrent des signes d’inquiétude et comptent maintenir la pression sur les autorités européennes. Au même titre d’ailleurs que les Verts du Parlement européen qui ont refusé de voter en faveur du compromis qui a été trouvé en décembre 2006. Pourquoi ?

La raison principale de cette joie très limitée est la manière dont se sont déroulées les négociations entre le Parlement européen, la Commission, le Conseil et les lobbies de l’industrie chimique. En effet, le premier, et très ambitieux, texte de REACH a été maintes fois amendé et modifié au cours des mois. Finalement plusieurs choses y posent problème :

  • au début REACH devait obliger les industriels à fournir une information complète sur les 30 000 substances, aujourd’hui près de la moitié peuvent échapper à cette obligation;
  • certaines substances dangereuses échapperont également à l’obligation d’être mentionnées sur les étiquettes des produits en vente;
  • et surtout : il n’y a pas d’obligation de substitution des produits dangereux.

Il faut donc rester vigilants. Surtout que les processus de mise en place de REACH est long et donc on peut s’attendre à d’autres modifications. Reste à savoir dans quel sens elles vont aller….

juin 1st, 2007

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4 votes, average: 4 out of 5)
Loading ... Loading ...

Envoyer cet article à un ami Envoyer cet article à un ami
Imprimer cet article Imprimer cet article

3 Responses to “Nous sommes tous REACH?”

  1. Aristide Says:

    Pour les sceptiques et anglophones, je conseille la lecture de: “Our Stolen Future” de Theo Colborn et al. aux éditions Plume. A ma connaissance, la version française est épuisée

  2. Ecopolit : Nous sommes tous REACH? at Alexis Prokopiev - Blog Says:

    […] Un article sur Ecopolit : Nous sommes tous REACH? […]

  3. Santé : Le défi des épidémies modernes, par André Cicolella « CHAMPS LIBRES - Collectif d’ouverture, Says:

    […] présents dans les emballages, les peintures, les produits domestiques (précisément ce que REACH cherche à réglementer), le taux de stress au quotidien (cadences, taux de productivité…), […]

Leave a Comment