Home Contact Sitemap

Écopolit

www.ecopolit.eu | écologie politique - environnement - humeurs - analyses - développement - coups de gueule

ecopolit

rss feed technorati fav



Tout ce que vous avez toujours souhaité savoir sur l'écologie politique ici et ailleurs sans jamais oser...

En Grèce, les feux et la rage

Published by Babar | Filed under Élections, Verts, Ecologie, Europe, Général

manifParfois, il est bon de revenir à la racine quand les feuilles brûlent. La racine de l’écologie, c’est le « discours de la maison » en grec. En élargissant, l’écologie peut être interprétée comme la gestion du territoire. En Grèce, cet été, l’étymologie semble avoir été oubliée sous les cendres : les incidents de forêts millénaires se sont multipliés dangereusement, jusqu’à provoquer la colère des habitants. La Grèce a dû faire face à des incendies sur le Mont Parnès, le dernier poumon vert d’Athènes, une capitale surbétonnée et l’une des plus polluées d’Europe.

La contestation citoyenne s’est peu à peu mise en place. Les nouvelles formes de communication ont joué à plein : d’abord une manifestation monstre en vélo au nord d’Athènes, puis prises de photos des restes calcinés de la forêt pour les disséminer sur des blogs. Appels à mobilisation par textos et par blogs. Dimanche 8 juillet, manifestation de plusieurs milliers de personnes devant le Parlement. Fabrication d’affiches. Au même moment, envoi massif (plusieurs de dizaines de milliers) de mails contestataires au gouvernement. La manifestation a attiré une population qui, d’habitude, ne se serait pas déplacée.

greeceSelon Le Temps, « Des manifestants ont déposé sur la tombe du soldat inconnu des branches d’arbres brûlés du mont Parnès et une grande branche verte. Leur geste a failli faire dégénérer la manifestation, lorsqu’un policier a voulu les empêcher d’agir. A un moment, un activiste écologiste a même tenté d’enlever la branche verte du monument, mais devant la huée générale il l’a remise à sa place. » Les manifestants exigeaient des lois plus strictes sur la protection des forêts et critiquaient la réponse gouvernementale face aux feux des premières semaines de juillet.

Byron Polydoras, le ministre de l’Ordre Public (Nouvellle Démocratie, droite) avait qualifié le feu « d’acte de Dieu », en avançant le chiffre de 2500 hectares détruits, déclenchant ainsi un scandale. Les associations écologistes avançaient un chiffre deux fois supérieur. Le débat au Parlement a donné lieu à une passe d’armes quasi-dogmatique entre le PASOK (gauche socialiste, opposition) et le gouvernement (Nouvelle Démocratie, droite). Outre la bataille de chiffres agités par les uns et les autres, il est frappant de voir que toutes les initiatives transpartisanes (à l’image d’un Nicolas Hulot en France) n’ont pas trouvé de relais en Grèce : le plan de reboisement proposé par un ancien ministre du PASOK n’a pas été approuvé par le gouvernement actuel, la main tendue du gouvernement pour un pacte inter-partis n’a pas été acceptée par l’opposition socialiste. Quant aux Communistes et au Parti de Gauche, ils ont critiqué la politique environnementale des deux partis, en citant Danuta HUBNER, commissaire européenne en charge de la politique régionale, montrant la mauvaise gestion grecque des fonds européens dans les programmes de prévention des feux de forêts.

trikparnitha02.jpgLe score du petit parti écologiste grec (aucun député au Parlement) sera regardé avec beaucoup d’attention lors des prochaines élections, à l’automne. Le parallèle avec l’émergence des partis Verts en Europe du Nord (bipolarisme exacerbé, incidents écologiques, prise de conscience de la population, nouvelles visions de la politique) est évident.

juillet 16th, 2007

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5 out of 5)
Loading ... Loading ...

Envoyer cet article à un ami Envoyer cet article à un ami
Imprimer cet article Imprimer cet article

6 Responses to “En Grèce, les feux et la rage”

  1. AntoineB Says:

    j’ajoute que le Commissaire européen à l’Environnement (Grec, Nouvelle Démocratie, droite, comme le gouvernement) n’a pas condamné avec beaucoup de sevérité les incendies et la gestion du gouvernement. La commission a envoyé un réseau européen de forces civiles..
    Il y a des trop petits gestes qui en disent beaucoup..

  2. Ces chères centrales instables... | Ecopolit Says:

    […] En Grèce, les feux et la rage […]

  3. David Says:

    Un des gros problèmes, c’est l’étallement urbain incontrôlé de l’agglomération athènienne. La législation interdit théoriquement de construire sur les terres des forêts brûlées mais, dans les faits, les constructions se multiplient sur les cendres des anciennes forêts. La “mafia immobilière” est donc la première suspecte lors des incendies de forêt. Le pouvoir politique ne semble pas intéressé pour protéger les forêts et pour arrêter l’étallement urbain.
    Félicitation aux activistes grecs et je leur souhaite beaucoup d’endurrance pour porsuivre la lutte.

  4. HC Says:

    ne dit-on pas plutôt “le Mont Parnasse” ?

  5. david Says:

    Non, il s’agit bien du mont Parnès qui est tout proche d’Athènes. Le mont Parnasse se situe en Grèce centrale, près du site de Delphes.

  6. En Ukraine la catastrophe écologique se transforme en crise économique | Ecopolit Says:

    […] « CHAMPS LIBRES - Collectif d’ouverture, dans Nous sommes tous REACH?david dans En Grèce, les feux et la rageSo-ann dans Livre: “L’économie verte expliquée à ceux qui n’y croient pas” par Pascal […]

Leave a Comment