Home Contact Sitemap

Écopolit

www.ecopolit.eu | écologie politique - environnement - humeurs - analyses - développement - coups de gueule

ecopolit

rss feed technorati fav



Tout ce que vous avez toujours souhaité savoir sur l'écologie politique ici et ailleurs sans jamais oser...

Les premiers treehuggers étaient indiens: les Bishnois, histoire d’un sacrifice

Published by Jonathan Morice | Filed under Humour, Ecologie

cervipares.GIFLes premiers écologistes par conviction et philosophie vivaient dans le Rajastan, au nord-ouest du sous continent indien, dans la région de la ville bleue de Jodphur. Les Vishnois, ou Bishnoïs selon les transcriptions du sanskrit, étaient les premiers treehuggers à embrasser les arbres au péril de leur vie.

A la fin du XVe siècle, un gourou philosophe du nom de Jamdeshwar (ou Jambha, ou Jambaji), voulut quitter sa caste de chasseurs pour édicter ses propres préceptes de vie. C’est ainsi qu’il convainquit les habitants de la région, quelques villages, de respecter 29 principes, dont l’obligation de protéger les animaux et les arbres. Beaucoup d’indiens étaient déjà végétariens par nécessité économique, eux le devinrent par choix. Les Bishnois refusent de s’agglomérer en gros village et encore moins en ville, afin de pouvoir conserver leur qualité de vie.Le nom de Bisnois découle du nombre des principes qu’ils respectent : vingt (bis) neuf (noïs). Toute déviance par rapport à ces normes fût dès lors prévenue par un contrôle social non hiérarchique, et punie de banissement à vie. La non violence fait en revanche partie des principes intangibles. En 1730, le maharadja de Jodphur envoya ses soldats pour aménager une clairière. Voilà qui impliquait de couper le kherzi, arbes typique du Rajastan… et de passer sur le corps des Bishnois! En réalité, une discussion s’engagea tout d’abord avec les riverains, mais cela n’avait rien d’une consultation en vue d’un agenda 21.

Les femmes opposèrent un refus formel, mais les soldats sortîrent les sabres de leurs fourreaux et les scies de leurs étuis. Une petite vieille décida alors de protéger un arbre en l’entourant de ses bras, un peu comme sur la photo en haut à droite de notre bien aimé site ecopolit.eu et, toutes les personnes du village l’immitèrent en embrassant les arbres qui ne demandaient pas mieux que cet inattendu calin.

1730, date mémorable et effroyable massacre de 363 victimes. Les tristes fifres du raja n’étaient pas de grands sentimentaux, et ils tranchèrent l’épineux dilemme dans le vif, en coupant pèle-mèle arbres, bras, jambes et têtes qui s’opposaient à leurs funestes desseins. Depuis, personne dans la région n’osererait plus toucher à une tige des khezri majestueux, et les arbres, éparses, demeurent, tout comme les gazelles, les renards gris, les daims, les oiseaux, les lezards, les mangoustes et les cervipares.

 Et il n’y a pas de passe-droit. En 1998, une star du cinéma indien (le sirupeux Bollywood) eut le caprice de vouloir abattre une animal pour son repas, déclanchant des émeutes et des grèves de la faim retentissantes. Depuis, et à leur corps défendant, les Bishnoïs jouissent d’une célébrité mondiale dont ils se passeraient bien. La venue des touriste leur est en fait assez indifférente, eux qui ne vivent que de millet, de moutarde et de sésame, décidant au moment de la mousson quelle culture serait la plus adaptée, selon des méthodes ancestrales et éprouvées.

Alors, même s’il est impossible de devenir un Bishnoïs pratiquant à part entière, car il s’agit d’une caste à part et que l’endogamie y est absolue, je pense que tous les amoureux de l’écologie politique peuvent sans danger adopter leur religion inoffensive et, armés de ces beaux préceptes un rien masochiste, partir à la conquête du monde.

vishnois.GIF

août 15th, 2007

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading ... Loading ...

Envoyer cet article à un ami Envoyer cet article à un ami
Imprimer cet article Imprimer cet article

2 Responses to “Les premiers treehuggers étaient indiens: les Bishnois, histoire d’un sacrifice”

  1. viviane.tits Says:

    Vraiment intéressant.

  2. banshilal Says:

    fantastic artical, keep writing.

Leave a Comment