Home Contact Sitemap

Écopolit

www.ecopolit.eu | écologie politique - environnement - humeurs - analyses - développement - coups de gueule

ecopolit

rss feed technorati fav



Tout ce que vous avez toujours souhaité savoir sur l'écologie politique ici et ailleurs sans jamais oser...

Bonne nouvelle, le pétrole augmente !

Published by Adrien Saumier | Filed under Pétrole, Energies, Chiffres, Ecologie, Economie

Rappelez-vous, il y a quelques mois, deux ans tout au plus, le baril de pétrole passait la barre des 50 dollars. Quel émoi, quelle panique ! C’était un évènement. Les heures sombres du premier choc pétrolier de 1974 semblaient poindre leurs museaux à l’horizon. Pourtant, à monnaie constante, on n’a pas encore atteint le coût du baril lors des chocs pétroliers des années 70.

Aujourd’hui, le baril est à… 85 dollars. Aucun gros titre, pas de manchette. Tout juste quelques dépêches. Comme si on s’était fait à l’idée que cette source d’énergie allait devenir de plus en plus chère. Après tout, c’est plutôt une bonne nouvelle, comme le dit Denis Delbecq sur son blog Effets de Terre (Vive le pétrole cher !) :

Au risque de me fâcher avec beaucoup, je ne peux que me réjouir de cette montée inéluctable des prix du brut. Chaque dollar de plus, ce sont autant viabilité en plus pour des dizaines de projets d’efficacité énergétique, de remplacement d’hydrocarbures par des sources d’énergie durable. Autant de piqûre de rappel qu’il faut se désintoxiquer. Si votre chaudière a lâché et que votre région est riche de forêts, pensez au bois —certifié, of course—, son prix grimpera bien moins vite que celui de l’or noir.

Hélas, une hausse du prix du pétrole rend aussi envisageable l’extraction des sables bitumeux au Canada ou au large du Vénézuela. Car un pétrole coûteux à extraire est plus rentable quand il est cher à la vente, évidemment. Reste à savoir si les gouvernements et multinationales seront prêts à massacrer irrémédiablement des espaces naturels (déjà bien entamés…) aussi colossaux pour gagner quelques années de shoot pétrolier…

À l’heure où j’écris ces ligne, le baril est à 86,43 $ à Wall Street, en augmentation. L’hiver approche dans l’hémisphère nord. L’Europe, l’Amérique du Nord, la Russie, la Chine vont vouloir se chauffer, continuer à rouler, acheter des voitures, des A380… Denis Delbecq lance les paris : à quand le baril à 100 dollars ?

octobre 15th, 2007

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading ... Loading ...

Envoyer cet article à un ami Envoyer cet article à un ami
Imprimer cet article Imprimer cet article

8 Responses to “Bonne nouvelle, le pétrole augmente !”

  1. A l’évidence… » Blog Archive » Prix du pétrole, précaution et croissance durable Says:

    […] la dernière fois, d’autant que l’hiver arrive n’est-ce pas! Comme le précise Adrien sur Ecolopolit, “à monnaie constante, on n’a pas encore atteint le coût du baril lors des chocs […]

  2. Fabien Says:

    C’est une nouvelle en demi teinte finalement. Dans l’optique d’une continuité des profits, les pétroliers vont surement lancer de la prespection encore plus destructrice (si si c’est possible) qu’aujourd’hui.

    Mais d’un autre côté, peut être que les prix à la pompe vont enfin calmer les automobilistes et les chauffagistes…

    Bref, nous vivons une période bien chamboulée, ou l’avenir est plus qu’incertain.

  3. Didier Says:

    Selon les PEP, le baril à 100 $ avant la fin de l’année est envisageable et même envisagé : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3234,36-967502@51-963558,0.html

  4. hachis Says:

    Pointage le 2/11 : 94,54$
    Confiance, ça monte !

  5. moteurahydrogene Says:

    Nouvelle économie ‘di-hydrogène’, H2, dépassons le mythe…

    Pour notre avenir énergétique, il n’y aura probablement que le ‘di-hydrogène’ qui ne produit pas de CO2, ni de pollution, ni d’ inconvénients d’adaptations majeures, déjà maîtrisé dans l’industrie, juste création de vapeur d’eau, en brûlant, qui puisse le mieux convenir à la mobilité future, car c’est par excellence, le vecteur d’énergie le plus en adéquation avec l’environnement.

    Comment le produire de façon massive avec un bon rendement à 950C° :
    Par chaleur nucléaire procédé VHTR GEN4, haute température, cycle de Bunsen, électrolyse haute température de l’eau et surtout pas par reformage du pétrole qui génère les tonnes de CO2 !
    On peut aussi le produire de façon écologique, faible rendement, avec des éoliennes, des moulins à eau par électrolyse haute fréquence.

    Il faudrait un certain nombre de réacteurs GEN4, haute température, répartis en grappes pour couvrir les besoins de la France en électricité et combustible pour moteurs à ‘di-hydrogène’. (VHTR : rendement 50% / contre 35% : EPR)

    Précisions sur le nucléaire GEN4 : pas de CO2, réacteur à réactivité négative donc pas d’emballement du cœur, principe des boulets, réduction des déchets par spallation. (+ 5000 ans d’autonomie), de nombreux pays vont l’adopter c’est sûr !. Il faudrait faire comprendre aux réticents, cette technologie hautement sécurisée du VHTR.

    Comment le distribuer à coût réduit :
    Par les canalisations de GDF mélangé au gaz de ville, autrefois, déjà en 1900 pour l’éclairage public à Paris (mélangé avec du CO, abandonné car le CO est toxique et inodore).
    Avantages du mélange ‘di-hydrogène’ et gaz de ville : réduction du CO2 produit par les chaudières, distribution de carburant ou gaz ‘Hytane’ aux pompes via le réseau, ou pur, par filtration statique à membrane.

    Modes de stockage :
    - Sous forme liquide à –253°C avec des réservoirs cryogéniques à long stockage (existent et fiables)
    - Sous forme gazeuse haute pression 750 bars (réservoirs à 950 Bars sécurisés, existent et fiables)
    - Contenu dans des composés à base d’hydrures ou de bore (existent, en cours d’évaluation)
    - Produit directement ‘Aluminifuel’ : testé chez BMW avec succès !

    Utilisation possible : (en modifiant un élément moteur à coût raisonnable)
    Directement dans des moteurs thermiques modifiés, pour tous types de moteurs permettant de brûler d’ailleurs tout type de carburant et le ‘di-hydrogène’ ou ‘Hytane’ en toute sécurité, amélioration rendement des moteurs (1 litre d’essence = 9KW, 1 litre de gas-oil = 10KW, 1 litre de ‘di-hydrogène’ = 33KW), donc 20% d’amélioration pour le moteur. Pas de résidus de combustion, huile toujours propre.

    Dangerosité :
    Sous forme liquide ou haute pression le ‘di-hydrogène’ n’explose pas. Le ‘di-hydrogène’ a pour effet de se diffuser très vite dans l’air : de ce fait, en cas de fuite, le ‘di-hydrogène’ s’échappe vers le haut et sa concentration diminue très rapidement, passant sous la limite inférieure d’inflammabilité. Cet aspect sécuritaire ne doit pas faire oublier que le ‘di-hydrogène’ est utilisé depuis très longtemps dans l’industrie.

    Economie :
    Il faut convaincre tout le monde, les financiers, les industriels et les politiques, tous responsables de la Planète, de promouvoir le ‘di-hydrogène’ sinon les catastrophes écologiques nous coûteront des trillions d’euros.

    Et quelles contraintes laissées aux générations futures, avec aussi des déchets nucléaires qu’on pourrait dans un même temps, réduire massivement par spallation, si on adoptait le VHTR !.

    La réalité qui fonctionne déjà avec le moteur à combustion interne :
    De nombreux Pays ont compris la problématique et se lancent dans le ‘di-hydrogène’ avec des stations service, des véhicules (moteur à combustion interne et carburant ‘di-hydrogène’ injecté) (BMW, Ford), des moyens de production, des moyens de distribution en plein déploiements, et nous la France, somment encore à la traîne, à part 3 stations expérimentales non publiques, silence radio ! (www.h2stations.org)

    Ce qui ne fonctionne pas :
    La pile à combustible, inventée depuis plus d’un siècle n’a toujours pas suffisamment de puissance, ni d’autonomie fonctionnelle, ni trouvé de remplaçant au platine qui ne pourra fournir que deux millions de véhicules dans le monde, sans évoquer le prix prohibitif du véhicule. (850 millions de véhicules au total)

    Question :
    Pourquoi ne pas relancer sans attendre, un nouveau programme Hyper-Phénix (*), refroidi à l’Hélium en vue de commencer la production massive de ‘di-hydrogène’, en relais des (Very High Temperature Reactors) futurs, d’ici 20 ans, et quel risques de se lancer dans cette aventure, face au risque de réchauffement climatique qui s’accélère et menace notre humanité ?

    Et dans le même temps, relancer notre économie par une technologie, française, plutôt bien maîtrisée, d’avenir, incontournable, que tous les pays, dont la Chine, l’Inde, les US s’approprient. Un bon plan contre le chômage, avec la relance industrielle en perspective…

    (*) Surgénérateur, et compte tenu d’un certain nombre d’ouvrages sur le Nucléaire et des informations détaillées comme’ La France Nucléaire’ publié en 2002 à la Documentation Française ou bien ‘L’épopée de l’ Energie Nucléaire’ publié par l’INSTN ou encore ‘Le Nucléaire à la croisée des chemins’ de l’IFRI, aucune personne de bonne foi ne peut contester que la fermeture de Super Phénix par des politiques n’était qu’une grosse erreur par rapport au fait que le nucléaire ne produit pas de CO2, ce qui aurait été déjà favorable à la problématique environnementale, d’aujourd’hui.

    En conclusion, réfléchissons aux conséquences futures de nos décisions actuelles, il faudra faire très vite, il n’y que peu de temps pour décider du sort de notre Planète, hormis le coût du pétrole qui va aussi s’emballer ! La marge de manœuvre est inférieure à 25 ans.

    C’est une alternative unique : investissons massivement dans le ‘di-hydrogène’ et libérons tous les freins qui retardent la nouvelle économie, certainement plus respectueuse des peuples et de notre environnement, mais quelque soit l’horizon, l’ancienne économie ne supportera pas non plus un ralentissement énergétique majeur avec en plus un handicap environnemental sévère !

  6. Josh Says:

    Faut comprendre, il est ramassé à la main sur les côtes de Bretagne !

  7. Etienne Says:

    Pas de chance, les premiers réacteurs de génération IV au niveau industriel et commercial, en dehors des prototypes, ne seront pas disponibles avant 2040. Et encore, en tout petit nombre et s’il n’y a pas de retard.

    Lire ici : http://futura24.site.voila.fr/nucle/generation4.htm pour remettre les pieds sur terre.

    Avec la production de pétrole qui n’arrive plus à satisfaire la demande (mais ce sera la même chose pour l’uranium), la seule solution est la sobriété énergétique, l’ensemble des énergies renouvelables, la limitation drastique des transports, l’architecture bioclimatique, un aménagement du territoire mettant fin aux agglomérations immenses.

  8. FRITIS Says:

    Rédigé par: fritis | 3 oct. 07 18:07:17
    adresse : mahmoudfritis@hotmail.com
    tel: 00 213 7 92 58 40 76
    PRESENTATION INVENTION

    Mes recherches dans le domaine des énergies renouvelables m’ont permis d’inventer un nouveau procédé de production de l’électricité qui sera plus rentable que les procédés actuels thermiques et nucléaires au vue de leurs coûts de construction excessifs , de l’utilisation du carburant ou de l’uranium polluants et dangereux,

    Le nouveau procédé “ROTAL” permet de produire l’électricité sans l’utilisation du carburant liquide ou gaz , le principe de base de cette technologie repose sur un ensemble
    D’élements électromagnetiques existants formant une turbine autonome ;

    Une fois le demarrage coupé cette « turbine »continura a tourner et a produire une partie de l’énergie qui lui servira pour sa rotation «perpetuelle » entrainant ainsi l’alternateur qui Servira pour la production de l’électricité selon la tension voulue

    La technologie de fabrication élémentaire , la rend facilement réalisable,
    un générateur conçu selon le procédé “ROTAL” permettra de réaliser des centrales électriques
    toute tensions qui fonctionneraient sans carburant et pourraient êtres implantés à la périphéries des villes , contrairement aux centrales actuelles qui doivent êtres elles implantés plus loin ,
    Ce procédé équipera , les voitures , trains , métros , bateaux , avions etc. … qui rouleraient à l’électricité , sans pollution , sans réseau électrique longeant les voies de chemin de fer et de métro et sans charge de batteries ainsi que beaucoup d’avantages que je ne peu citer dans ce contact En somme une opportunité de projets d’avenir ( de l’après pétrole) qui se caractérisera par la : ,
    -
    - réalisation industrielle de centrales électriques pour éclairage urbain
    - réalisation industrielle de générateurs électriques pour voitures
    - réalisation industrielle générateurs électrique pour trains
    - réalisation industrielle de générateurs électrique pour bateaux

    Ainsi que d’autres utilisation de ce procédé que je ne peu citer dans cet é-mail
    J’ose espérer vous avoir donné un aperçu sur les différentes utilisations de ce procédé révolutionnaire en matière des énergies nouvelles
    la demande de brevet d’invention a été déposée en 2002 , en 2004 j’ai obtenu de l’INORPI
    Tunisie un brevet d’invention

    L’objet de cette présentation du procédé est la cession ou la concession du brevet

    Inventeur Mahmoud FRITIS

Leave a Comment