Home Contact Sitemap

Écopolit

www.ecopolit.eu | écologie politique - environnement - humeurs - analyses - développement - coups de gueule

ecopolit

rss feed technorati fav



Tout ce que vous avez toujours souhaité savoir sur l'écologie politique ici et ailleurs sans jamais oser...

L’écologie sans écologie politique?

Published by AnneSo | Filed under Grenelle de l’environnement, Politique, Ecologie

Le Grenelle s’est donc clôturé cette semaine en ce qui est de la phase des négociations entre ONG, syndicats, entreprises et gouvernement. Une rapide revue de blogs “écolos” et d’articles de journaux divers laisse transparaître plusieurs éléments.

On reconnaît que le Grenelle a permis d’avancer sur un certain nombre de sujets, et ce ne serait-ce qu’en mettant en oeuvre un espace de discussions et de débats. On reconnaît que les mesures prises ne sont pas forcément abouties (pesticides, OGM et nucléaire pour ne citer que les plus grandes) mais s’attendait-on à ce qu’il en soit autrement dans le fond…?

On se méfie et, ainsi que le disait Borloo il y a peu, “le diable est dans les détails”. Ces détails, ce seront avant tout la suite des événements (le 15 décembre notamment), les avancées au Sénat et au Parlement, mais aussi la mise en oeuvre concrète des mesures décidées. De la parole aux actes donc, voilà ce sur quoi il va falloir veiller maintenant.

Enfin, il y a aussi des absents à la suite de ces négociations. On a très peu entendu, il me semble, les parents de l’écologie politique et le Grenelle ne ressemble pas encore à un programme véritablement écologiste en ce sens. Là aussi, on ne s’y est jamais attendu, car les discours sur la croissance écologique, la vente d’armes et de centrales nucléaires au reste du monde incarnent l’antipode de la logique écologiste, de la sensibilité environnementaliste et de la véritable compréhension globale des enjeux qui s’imposent à nous actuellement. Ce qui me gêne en réalité, plus profondément, c’est la manière dont certains arrivent à dire (et conclure) que l’on peut faire de l’écologie sans les écologistes.

Certes, nous avons un début de passage à l’acte écolo et on ne peut qu’applaudir les efforts, mais oublier ainsi tous ceux qui se battent depuis des lustres pour faire avancer ces idées, ceux sur le terrain qui courageusement, localement, font avancer les choses à leur manière dans le sens de la préservation de l’environnement, sont oubliés actuellement.

On remercie Hulot, on dit que les associations et ONG ont désormais un statut différent (ce qui n’est pas faux), mais là aussi le diable est dans les détails : les ONG n’ont jamais eu ce statut en France. En accédant au perron de l’Elysée, on a appris à les connaître pour certains, à les reconnaître pour d’autres.

Mais ces militants et représentants écologistes associatifs se souviendront-ils de ceux qui les ont toujours soutenus auparavant ? Sauront-ils discerner l’acte de conseil et de recommandation de la tactique politique réelle, subtile et souvent vicieuse ? Je pense que oui, mais je me demande parfois si les ego flattés et fiers n’auront pas tendance à considérer l’avant Grenelle comme l’échec de certains (parmi lesquels ils ne s’inclueront pas) et l’après Grenelle comme leur victoire ? On mettra l’échec sur le dos des écologistes politiques, et la victoire dans les mains des associations et ONG.

Mais à quel point pourra-t-on agir en ce sens en étant neutre, sans se politiser ? La prise en compte de l’environnement par le gouvernement tuera-t-elle l’écologie politique, en fait ? On ne va pas se plaindre si les choses avancent, car là est bien l’essentiel et il ne faut pas faire le diable soi-même… Mais je m’interroge tout de même ce soir, et reste un peu dubitative sur les perspectives en la matière…

Certains doivent incontestablement se réveiller, se rajeunir et s’adapter maintenant. D’autres doivent aussi comprendre que nous n’en sommes qu’au début et que les efforts fournis ces derniers mois ne sont rien au regard de ce qu’il reste à faire… Surtout, il va falloir se préparer à voir émerger des tonnes d’initiatives écolos tantôt tentées par le business et traitant d’Ayatollah les vieux con-vaincus, tantôt “écolo mais pas trop” parce qu’il faudra se contraindre sans sentir le pourquoi…

Bref, qui sème le vent récolte la tempête, mais on ne saura que dans quelques mois à quelle récolte s’attendre des Grainelles…

octobre 27th, 2007

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5 out of 5)
Loading ... Loading ...

Envoyer cet article à un ami Envoyer cet article à un ami
Imprimer cet article Imprimer cet article

3 Responses to “L’écologie sans écologie politique?”

  1. Fabien Says:

    Une analyse calme et lucide, merci.

  2. jseb Says:

    je partage ton analyse et ton inquiétude (articles du 8/10, 17/10 et 27/10 sur mon blog). A ceux qui sont tentés de penser qu’un parti écologiste ne sert à rien, que seules sont utiles les ONG non-partisanes, je veux poser la question suivante : est ce que vous voulez dire que ce que vous pensez être la solution aux enjeux écologiques se résume au Grenelle (et encore il faudra parler de ce qu isera réellement fait)? si non, comment comptez vous obtenir ce qui manque ? et quand ?? est-ce que, oui ou non, les résultats auraient été meilleurs si les Verts avaient été au gouvernement ? Les propos inquiets de Hulot avant la conclusion du Grenelle (disant que si le Grenelle était un échec, il ne voyait pas ce qu’il pourrait faire de plus !) montrent un aveuglement incroyable : si on fait le constat que les élus en place n’acceptent pas d’aller plus loin rapidement, il semble logique de faire en sorte de changer les élus et d’élire des gens pour qui l’écologie est au centre du projet politique ! Je ne dis pas qu’il faudrait arrêter le lobbying des ONG, mais inversement il me semblerait aberrant de plaider pour la dissolution de l’écologie politique !

  3. kakadou n'diaye Says:

    Y a t il de la fumée sans feu? Parler d’écologie sans politique c est vraiment mais vraiment parler pour ne rien dire. Je ne vais pas y aller encore une fois de l’argument selon lequel le politique est partout mais en occurence c est l’évidence même. Ne serait-ce que parce que le train de mesures sur lesquelles il y a beaucoup mais beaucoup à dire est d’abord ou ressemble fort à une intervention de l’Etat dans l’économie. Ce qui est en contradiction avec la bible libérale prêchée par Sarkozy. Si le marché est le régulateur parfait on se demande alors pourquoi intervenir à coup d ‘interdictions, d’orientations, d ‘aides etc…Par ailleurs je ferais seulement remarquer que ces fameuses mesures loin d’etre des exemples et des drapeaux pour l’Europe et le monde ne sont qu’une façon spectaculaire de se mettre en conformité avec nos engagements européens tant en ce qui concerne l’habitat ( sommation dernière étape avant punition arrivée le m^me jour que le show …et l’étouffant quelque peu) mais aussi nitrates ( bretons) etc..donc la France qui a quelques TGV de retard en matière d’économies d ‘energie, d’energies renouvelables, etc..ne fait que rattraper ce retard avant que ne tombent les amendes..bravo le show. Show devant!!!et là il ne s’agit pas de politique mais de politicaillerie..bref la totale.

Leave a Comment