Home Contact Sitemap

Écopolit

www.ecopolit.eu | écologie politique - environnement - humeurs - analyses - développement - coups de gueule

ecopolit

rss feed technorati fav



Tout ce que vous avez toujours souhaité savoir sur l'écologie politique ici et ailleurs sans jamais oser...

Mamère Noël est écolo, mon pére Noël peut le devenir.

Published by Antoine Astruc | Filed under Consommation, Publicité, Ecologie

Rues de plus en plus éclairées, achat de cadeaux inutiles , repas gavants, sapins à décorer même pas issus de forets durables… Noël est dénoncé par de nombreux écolos comme le point culminant de notre société de (sur)consommation et de gaspillage. Différents mouvements invitent même à ne plus célébrer cette fête ou à s’exempter mutuellement de cadeaux.

L’association canadienne Adbuster par exemple propose des certificats d’exemption de cadeaux, d’autres mouvements quebecois proposent des noels verts, sans cadeaux, mais avec des balades en forets entre amis.
Pour beaucoup Noël est l’occasion de contribuer plus que de raison au changement climatique. A Caen, outre le fait que la mairie dépense deux fois le budget vélo en loupiote, la mairie n’a rien trouvé de mieux que d’installer une patinoire en centre-ville qui va dépenser 55 000 euros d’électricité ! La ville de la tripe n’est pas la seule à faire la course aux décorations. Du coup le MEDAD s’en inquiète, ainsi l’Ademe publie un «guide pratique pour permettre aux élus de perpétuer l’empreinte magique de Noël sur leurs villes tout en l’allégeant au regard de l’impact sur l’environnement ». Ce guide propose des actions sur quartes points : la consommation d’électricité liée aux illuminations de Noël, les transports en centre-ville, les achats écoresponsables et la gestion des déchets. C’est une initiative intéressante à saluer, d’autant que la secrétaire d’état (NKM) est franchement engagée dans son discours : « Noël aujourd’hui rime d’avantage avec gaspillage qu’avec partage. Plus qu’aucune fête, Noël est une invitation à réfléchir aux dessous social et environnemental de notre consommation, et sur ce terrain les collectivités locales doivent aussi montrer le chemin ». Cela aurait du être dans le grenelle de l’environnement : faire entrer Noël dans le développement durable. Ce guide en est un première étape mais nous pouvons aller plus loin en labelisant iso 14001 le père Noël.
Sérieusement, Noël doit être le moment de se poser la question du sens de notre société, la dessus nous pouvons trouver des soutiens surprenants du coté de l’Eglise qui de plus en plus appelle ses fidèles à une vie simple et respectueuse des oeuvres de Dieu. (Benoit XVI a mis en place une « journée de sauvegarde de la création ».) La simplicité, la réflexion…n’est ce pas là, le vrai esprit de cette fete ? Un temps de pause, de réflexion, de retrouvaille, de convivialité et de partage ? Noël peut être vu comme le symbole de la sur-consommation notamment par l’achat obligé de nombreux cadeaux et par l’obligation de faire bombance. Mais si l’on revient aux sources philosophiques de Noël, cela est écolo-compatible voire carrément au coeur de l’écologie par les idées de simplicité, de responsabilité de partage et de convivialité.

décembre 13th, 2007

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4 votes, average: 4 out of 5)
Loading ... Loading ...

Envoyer cet article à un ami Envoyer cet article à un ami
Imprimer cet article Imprimer cet article

7 Responses to “Mamère Noël est écolo, mon pére Noël peut le devenir.”

  1. druide_avide Says:

    Tout cela est bien vrai, j’ai fait la même réflexion sur mon blog…Par contre attention, beaucoup de coquilles dans cet article: NKS, 14000, etc… ;)

  2. Fabien Says:

    Très bon article, mais comme dit au dessus, quelques coquilles à rectifier…

    pour ce qui est du gaspillage, c’est un fait ! 7 cadeaux par enfant disent ils à la radio… en moyenne. Cela veut dire que certains sont plus que couverts de cadeaux !

  3. Jean Says:

    Je viens de lire ce texte et j’y ai trouvé cette phrase : >

    Je ne vois pas ce qu’il y a de surprenant à cette démarche des chrétiens.
    Je me souviens de sermons de mon enfance ou de discussions sur ce sujet, bien
    avant la création des verts.
    Les écolo athés s’imaginent ils avoir inventé la notion de vie simple et de
    responsabilité envers l’humanité?
    Nous sommes les premiers à dénoncer ce dévoiment d’une fête de l’espoir et de
    l’amour en st Carrefour, depuis longtemps mais notre voix n’est pas à la
    mode…
    (Peut être justement parce qu’elle n’est pas en harmonie avec une société de l’égoïsme et du matérialisme).

  4. Jean Says:

    Il s’agit de la phrase :

    Sérieusement, Noël doit être le moment de se poser la question du sens de notre société, la dessus nous pouvons trouver des soutiens surprenants du coté de l’Eglise qui de plus en plus appelle ses fidèles à une vie simple et respectueuse des oeuvres de Dieu.

  5. Toupidek Says:

    Et si vous ne l’aviez pas repérée, l’intervention d’Alain Lipietz aux récentes Semaines sociales de France était, sur ces sujets - et bien au-delà - un régal (à mon avis).

    Quelques extraits :

    “(…) L’Evangile annonçait deux nouvelles, une bonne et une moins bonne. La bonne nouvelle : « le Christ est ressuscité, la mort est vaincue, vous avez droit vous aussi à la vie éternelle ». Comment une telle nouvelle ne s’est-elle pas répandue comme une traînée de poudre à travers l’Empire romain ? Parce que l’autre nouvelle était plus sévère : « Pour cela, vous devez changer votre vie, et pour commencer, aimer votre prochain comme vous-même ».
    (…)
    Comparons avec l’écologie. Celle-ci n’a pas deux mais trois nouvelles à proclamer. Une mauvaise, une bonne et une sévère. Premièrement, nous fonçons droit vers l’iceberg, deuxièmement, on peut encore éviter l’iceberg et sauver la planète, et troisièmement : pour cela nous devons adopter un modèle de développement soutenable (selon la définition de l’ONU) « respectant les droits des plus démunis et les droits des générations futures à satisfaire leurs besoins ».

    Autrement dit, le problème de l’écologie est nettement plus compliqué que celui du christianisme. (…) ”

    Le texte complet est là :
    http://lipietz.net/spip.php?article2112

    Amicalement,

  6. odile Says:

    oui, cette débauche d’achats et de bouffe est parfaitement ridicule, mais je suis pessimiste quant à un changement de cette habitude de sur conso, dans quelques siècles peut-être..
    et le comble c’est que les gens sont endettés!

  7. emilie Says:

    Depuis plus d’un an Benoit XVI ne cesse de démultiplier les appels au respect de l’environnemement.

    Voici quelques extraits de ses interventions autour de Noël :

    Le 9 décembre, lors de la prière de l’angelus, le pape dénonce ” une époque où même la manière de vivre et de percevoir Noël subit malheureusement très souvent l’influence d’une mentalité matérialiste.”

    Le 21 décembre, lors de son discours de voeux à la curie romaine : “Nous devons défendre la création, non seulement en vue de nos besoins, mais pour elle-même - comme message du Créateur, comme don de beauté, qui est promesse et espérance.”

    Lors de la messe de Minuit, le 24 décembre, il déplore “les conditions dans lesquelles se trouvent aujourd’hui la terre en raison de l’utilisation abusive des ressources et de leur exploitation égoïste et sans aucune précaution.”
    Ensuite le pape cite un grand théologien de la tradition catholique et l’interprète à la lumière des catastrophes écologiques actuelles: “De manière quasi prophétique, Anselme de Canterbury a un jour décrit par avance ce que nous voyons aujourd’hui dans un monde pollué et menacé dans son avenir : « Tout ce qui avait été fait pour servir à ceux qui louent Dieu était comme mort, avait perdu sa dignité. Les éléments du monde étaient oppressés, avaient perdu leur splendeur à cause de l’excès de ceux qui les asservissaient à leurs idoles, pour lesquelles ils n’avaient pas été créés » (PL 158, 955 ss).”

    Le jour de Noël, lors de la Bénédiction Urbi et Orbi (à la ville de Rome et au monde entier) : “dans le monde, le nombre des migrants, des réfugiés, des déplacés, va toujours croissant, à cause aussi des catastrophes naturelles, qui sont souvent la conséquence de préoccupants désastres écologiques.”

    Par ailleurs, Benoît XVI, tout comme l’an dernier, a consacré à l’environnement et au défi de la mondialisation, un long passage de son Message de Benoît XVI pour la Journée mondiale pour la paix (1er JANVIER ).
    cf http://www.zenit.org/article-16837?l=french

    amicalement

Leave a Comment