Home Contact Sitemap

Écopolit

www.ecopolit.eu | écologie politique - environnement - humeurs - analyses - développement - coups de gueule

ecopolit

rss feed technorati fav



Tout ce que vous avez toujours souhaité savoir sur l'écologie politique ici et ailleurs sans jamais oser...

Un pas devant l’autre, les piétons sont de retour.

Published by Antoine Astruc | Filed under Transports, Urbanisme, Ecologie, France, Général

Il y a quelques mois le journal écolo Nouvel Obs titrait « Piétons, bientôt la revanche », cela fut suivi par l’apparition dans de très nombreux programmes politiques d’un intérêt pour les piétons…
La séquence électorale terminée, les nouvelles municipalités devraient alors enfin pendre en compte le marcheur en lien avec le constat fait par la presse que le piéton est sur le retour. Car celui-ci fut l’abandonné des dernières années, si le cycliste, tout aussi victime de l’accaparement automobile des villes, peut dorénavant compter sur des politiques de plus en plus ambitieuses, le piéton reste le dernier maillon de la ville.


Il est tellement relégué dans les placards des politiques de transport qu’il fait souvent l’objet de politiques protectionnistes. Comme si le piéton était rare, fragile, faible, on conçoit des moyens de le protéger derrière des barrières, des feux, des trottoirs…
Peu de villes pensent le trajet du piéton, sa qualité, son efficacité. Les passages piétons, signent leur défaite sur la voiture (les bandes blanches semblent seulement indiquer la potentialité du passage de piéton, dans le même registre qu’un passage de sanglier. Les espèces vivantes sont alors des intrus sur le passage des automobiles).

Cependant, ces dernières années les villes se sont intéressées à des piétons particuliers : le piéton client. Celui-ci a eu le droit à des rues piétonnes, de nouvelles places, des trottoirs élargis, des animations… Toutes les politiques piétonnes ont été pour lui. Alors que son frère non-client : le badaud, le promeneur, le vagabond, le travailleur n’a eu droit qu’à quelques aménagements sécuritaires de-ci de-là…
En effet, en dehors des hypercentres piétonnisés, il est difficile de trouver trace d’une politique piétonne (ou pédestre) : pas de passerelles sur les routes, pas de rues piétonnes entre ma maison et la fac, pas d’animation le matin quand je vais au travail. C’est à peine si les conditions de sécurité ont évolué, il existe à Caen des zones d’activités récentes où il y a tout simplement pas de trottoir !

Et pourtant, le piéton n’est-il pas l’acteur quasi-unique de la ville ?
Le premier et le second rôle, le chœur et l’orchestre ?
Sans être piéton centré, il faut tout de même faire remarquer que le piéton apporte de la vie aux lieux où il marche, d’ailleurs comment appelons nous une ville sans piétons ? N’est ce pas une ville fantôme ? Et comment appelons nous un quartier sans piéton ? Une zone industrielle ??
Le piéton rend la ville vivante par sa présence, il est au cœur de l’espace urbain, il lui donne du sens. Sans piéton, il n’y a que des murs et des routes…

La ville doit donc réintégrer ce composant essentiel d’autant qu’il ne pollue pas, prend très peu de place et ne fait aucun bruit. Se déplacer à pied (devenir piéton…) est un très bon moyen de lutter contre le changement climatique (n’oublions pas qu’un trajet automobile sur trois effectué en ville fait moins d’un kilomètre soit 10 minutes à pied…) tout en économisant les ressources naturelles. La marche à pied n’est pas moins rentable que la voiture : coût très limité (amortissement des chaussures), gain de temps (en comptant de porte-à-porte un trajet uniquement pédestre en centre-ville est plus rapide jusqu’à 2 kilomètres) sans oublier les multiples avantages (santé, relaxation, intimité, découverte de la ville, possibilité d’utiliser rapidement d’autres moyen de transport (vélos, transports en commun…)).

Pour favoriser les déplacements pédestres les politiques urbaines doivent en premier lieu arrêter de le considérer comme une victime, un petit être perdu dans un univers étranger parce que cela n’est plus vrai : le piéton est partout chez lui, et parce que cela n’aide pas le piéton à s’affirmer partout chez lui.
Il faut ainsi donner aux piétons les moyens de leur émancipation, de leur rébellion pour qu’il puisse conquérir d’autres espaces.
Sachez camarades que dans chacun de vos pas il y a un pas de juste colère, ne vous laissez pas dicter votre trajet par de vulgaires traces de peinture ou des trottoirs ségrégationnistes ! Affirmez vous en passant là où cela vous plait, faites ralentir les voitures, montrez leur que le piéton est roi, heureux, riche et rapide.
Il n’a plus à se cacher, il faut qu’il se montre, prêt à reprendre les rues que les autos ont transformées si vite en routes…

Piétons, unissons nous !
Je propose comme premier mode d’action de faire comme les vélorutions des cyclistes, organisons des manifs à pied : des pédorutions !

Face à ce mouvement qui prend forme telle une vague de lacets et de semelles, de talons et de chaussettes, la ville doit réagir :

1/ Se donner comme objectif de rendre toute la ville accessible au piéton
2/ Admettre que le piéton est un très bon moyen de se déplacer
3/ Assumer le fait qu’une telle politique risque de changer la ville

En premier lieu l’accessibilité de la ville doit être parfaite : les zones industrielles ne peuvent être sans trottoirs, les périphériques doivent êtres régulièrement franchissables, les détours doivent être limités, les carrefours et les parkings ouverts aux piétons…

En second lieu, la ville doit être désirable à pied : effectuer un trajet à pied plutôt qu’en voiture doit permettre de passer un bon moment, il faut rendre agréable le parcours quand les accessoires du piéton moderne (téléphone, Ipod…) le rendent utile.

En troisième lieu, il faut que la marche soit une culture : devenir piéton est un choix qui se doit se faire pleinement pour que piétons nous sommes piétons nous resterons. Il faut créer une culture pédestre dans la ville, par exemple en créant le réseau des petits bonheurs (jardins de poches, ambiances sonores, goodies olfactives…) afin de permettre l’appropriation des lieux, et de ses pas.

En quatrième lieu, il faut, pour que la marche se développe, penser son arrêt : les Suisses ont créé des stations de marche, sorte de « Hub de vie » lieu de pause pour le marcheur ou d’intermodalité pour tous.

Les conséquences de telles politiques sont nombreuses : densification de la ville, limitation des émissions polluantes, moins de bruits, moins de blessés, moins d’obèses, moins de stressés…
Surtout, la ville saura compter pour devenir durable sur des citoyens qui la connaissent parce que soir et matin, ils la parcourent dans son intimité, de découvertes excitantes en petits bonheurs habituels. Loin de la monotonie d’une relation motorisée, je vous propose un acte d’amour sensuel et passionné avec votre ville : la ville durable est définitivement sexuée et sexuelle…

avril 1st, 2008

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (11 votes, average: 4.91 out of 5)
Loading ... Loading ...

Envoyer cet article à un ami Envoyer cet article à un ami
Imprimer cet article Imprimer cet article

10 Responses to “Un pas devant l’autre, les piétons sont de retour.”

  1. jpc/parisbanlieue Says:

    Tout cela est vrai, et tout cela est beau, mais je me demande parfois dans quel monde idéal et de quelle façon vivez-vous ?
    Je n’ai pas la chance de vivre dans une ville petite ou moyenne, mais dans une grande ville, la plus grande en France Paris, mais attention, pas au sens Paris intra-muros, au sens de l’agglomération parisienne, et là bien sûr je voudrais marcher, mais pour moi comme pour les autres la moyenne des déplacements domicile-travail est supérieure à 9km aller. Pour moi par exemple, c’est 15km.
    A pied, c’est un peu long ;-)

    Donc je fais un mix voiture/RER/métro/marche et cela me prend entre 35 minutes les jours fastes et 1h00 les jours néfastes qui sont souvent majoritaires.

    Ce que j’aimerais, c’est de lire pour les transports en commun, les mêmes soutiens, les mêmes appels, le même engagement ;-)

  2. L'oeil du cyclone Says:

    Excellent blog que j’ajoute à ma blogroll

    http://avecvuesurlaterre.blog.lemonde.fr/

  3. Fabien Says:

    Très bon article sur une vision toute bête de la ville : une ville vivante !!!!

  4. Tom34 Says:

    Bonjour,

    Aller d’un point A à un point B à pieds semble un acquis en France. Et bien c’est un acquis à préserver!

    En Floride, j’ai plusieurs fois été dans l’impossibilité de faire un trajet à pieds. Pas de trottoirs. Le fait de marcher est tout simplement INTERDIT à de nombreux endrois.

    Bref, nos pieds méritent d’être défendus :-)

    A+
    TOM.

  5. Gérard Says:

    Bravo pour cet article. Il faut en effet réhabiliter et favoriser les déplacements piétons, trop vite sacrifiés au profit des autres modes de transports.
    Mais au-delà de la très complète et très juste argumentation développée par l’auteur, comment concrétement faire bouger les choses (surtout les éléctions passées…) ? Comment agir auprès des décideurs de l’aménagement de notre espace urbain pour que le piéton soit défendu et respecté ?

  6. Antoine Astruc Says:

    La marche à pied est, je veux le rappeler, un élément de l’écomobilité. Il y a effectivement peu de chance que le piéton (re)devienne l’étalon de la ville. La marche à pied est à développer dans une démarche plurielle et complémentaire : marche, vélo, transports en commun. Mais aujourd’hui, on le voit dans ses commentaires on est dans la quête de THE solution idéale, globale et omnisciente… On attend note libérateur de l’automobile comme un messie qui apporterait la solution dont on a pas idée aujourd’hui.
    Malheureusement dans le vrai monde des vrais gens, il n’y a pas de sauveur suprême (ni dieu, ni césar, ni tribun…). La solution à la voiture c’est tout plein de bidouilles : transports en commun, vélo, marche à pied, covoiturage, autopartage, bateaubus, taxisbus etc.

    De plus, en tant qu’écologiste je suis à la fois humble (on ne trouvera pas de solution miracle, faisons avec ce qu’on a) et ambitieux (changeons le monde).

    Penser par exemple la mobilité de demain dans la ville d’aujourd’hui est inutile. Parce que nous allons changer la ville. Prendre son vélo pour aller faire ses courses à 10 kilomètres ce n’est pas possible (quoique.). Par contre, quand les écologistes seront, d’une manière ou d’une autre, au pouvoir nous changerons la ville pour l’adapter à la nouvelle mobilité, à une nouvelle manière de vivre.

    C’est pour cela que nous ne nous n’arrêtons pas au lobbying associatif. Parce que nous sommes convaincus que les solutions passent par des choix collectifs qui auront des répercussions politiques c’est à dire sur notre manière de vivre ensemble.

    Voilà voilà…

  7. Anna Says:

    C’est parfois difficile d’être piéton en ville !
    Un groupe de piétons rouennais a créé ce blog humoristique mais qui montre les trottoirs encombrés par les voitures…

    http://repassetoncode.blogspot.com/2008_06_01_archive.html

  8. Berlynn Says:

    I bow down humbly in the presence of such greantess.

  9. [pop-up] urbain » [Invité] Prospective urbaine : la ville augmentée Says:

    […] 2008, un article d’Ecopolit par Antoine Astruc annonçait la revanche du piéton, et donnait trois objectifs pour une ville agréable, accessible et désirable pour les […]

  10. Prospective urbaine : la ville augmentée — [pop-up] urbain Says:

    […] 2008, un article d’Ecopolit par Antoine Astruc annonçait la revanche du piéton, et donnait trois objectifs pour une ville agréable, accessible et désirable pour les […]

Leave a Comment