Home Contact Sitemap

Écopolit

www.ecopolit.eu | écologie politique - environnement - humeurs - analyses - développement - coups de gueule

ecopolit

rss feed technorati fav



Tout ce que vous avez toujours souhaité savoir sur l'écologie politique ici et ailleurs sans jamais oser...

Interviews de jeunes élu-e-s : Céline Kerspern

Published by Adrien Saumier | Filed under Jeunes élu-e-s, Interview, Elus verts, Politique

Céline KerspernCéline Kerspern, 26 ans, conseillère municipale d’opposition à Melun en Seine-et-Marne.

Écopolit : Bonjour Céline, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Céline Kerspern : J’ai 26 ans et je suis née à Rennes en 1982. J’ai deux enfants.

É. : Comment es-tu arrivée chez les Verts ?

CK : Fille de socialistes convaincus (à l’époque !), la politique était un sujet souvent abordé en famille. À la naissance de ma première fille, j’ai pris conscience du besoin, voire de la nécessité de m’investir dans la défense de l’environnement. La politique me paraissant un moyen efficace, j’ai commencé à chercher à adhérer à un parti.

Au hasard de rencontres, j’ai assisté à une réunion du groupe local Vert à Melun et j’ai adhéré. C’était en 2005. Après avoir participé à une élection cantonale partielle (nda : les élections cantonales partielles de Thorigny), j’ai pris un réel plaisir au militantisme actif. Ensuite, en 2006, j’ai pris la tête du groupe local Verts Melun Val-de-Seine.

É. : Comment t’es-tu retrouvée en position éligible sur la liste des municipales ?

CK : J’étais en 4ème position sur la liste d’union de la gauche à Melun au 1er tour. Au second tour, en 6ème position, une fois faite la fusion avec le MoDem. Les Verts avaient d’abord décidé de faire une liste autonome au 1er tour, laissant la tête de liste à David Bresson, secrétaire départemental des Verts Seine-et-Marne. Un accord a ensuite été passé entre les forces de gauche et citoyenne, les Verts ont donc rejoint la liste d’union. 2 places sur les 10 premières nous étaient réservées. Grâce à la parité, la 1ère place pour les Verts était pour une femme ! Dans tout ça, mon engagement depuis 3 ans auprès des verts locaux m’a permis d’avoir le soutien de mon groupe.

É. : Tu peux nous parler un peu de Melun, préfecture de Seine-et-Marne ?

CK : Melun est un peu mort… En dehors de la réputée (!) Fête du Brie, l’Office du Tourisme bénéficie d’un budget de 2 000 € annuel pour organiser d’autres évènements. Ce qui ne laisse pas beaucoup de place à la créativité. Rajoutez à ça une équipe municipale avec un moyenne d’âge à faire passer l’Académie Française pour une école maternelle… Vous obtenez une ville où il fait bon vivre et élever ses enfants (c’est pourquoi j’y vis depuis 7 ans sans aucun soucis) mais qui effectivement manque un peu de dynamisme.

É. : Finalement, malgré l’union avec le centre, vous avez perdu contre le maire sortant. Tu es malgré tout élue d’opposition, en quoi ça consiste ?

CK : Je suis conseillère municipale d’opposition, je ne sers donc à rien, dixit un directeur général adjoint de la ville de Melun !

Blague à part, je siège à la commission « Éducation, Jeunesse et Sports », la comission « Solidarité, Famille, Santé », ainsi qu’au comité d’exploitation de l’Office du Tourisme. De quoi jouer mon rôle d’élue d’opposition en étant attentive sur tous les dossiers.

É. : Que peuvent apporter 2 élus Verts d’opposition dans une ville comme Melun ?

CK : Melun est une ville qui ignore le développement durable, les actions vertes et l’écologie. Cela dit, la campagne de M. Millet, Maire de Melun, a été axée énormément sur ce sujet. Pour l’instant, je ne trouve pas que cela ai été pris en compte et je pense que c’est là le rôle des Verts dans une opposition constructive. Jouer la mouche du coche et leur rappeler leurs belles promesses !

É. : 6 ans, c’est long ! Ça ne te fait pas peur ?

CK : L’engagement sur 6 ans ne me fait pas peur, au contraire. C’est mon premier mandat, je suis fière de sièger dans un conseil municipal d’une ville de 40 000 habitants. Notre liste au second tour a remporté plus de 48 % des suffrages. Je dois donc à ses électeurs une présence forte et un engagement profond, si je veux un jour pouvoir faire basculer cette ville.

É. : Penses-tu que les partenaires municipaux (les autres partis) sont réceptifs au discours et aux actions écolos ?

CK : Pas vraiment… Je suis un peu désabusée par la vision des autres partenaires politiques… Et pourtant je suis d’un naturel optimiste.

É. : Tu aurais un mot à dire pour d’autres jeunes élus Verts en France ?

CK : Déjà, bravo ! En effet, que ce soit en autonome ou en union, dans l’opposition (et là j’ajouterais : “bon courage”) ou dans la majorité, c’est un beau challenge pour nous tous ! Et puis ça fait toujours plaisir de se dire qu’une vague de jeunes élus arrive !

É. : Merci Céline.

avril 30th, 2008

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5 out of 5)
Loading ... Loading ...

Envoyer cet article à un ami Envoyer cet article à un ami
Imprimer cet article Imprimer cet article

2 Responses to “Interviews de jeunes élu-e-s : Céline Kerspern”

  1. Anatole Says:

    Il est vrai qu’un élu d’opposition ne sert à rien - surtout lorsqu’il n’a pas de véritable investissement politique -

  2. Johne297 Says:

    whoah this blog is wonderful i like reading your articles. eeaefcddeckg

Leave a Comment