Home Contact Sitemap

Écopolit

www.ecopolit.eu | écologie politique - environnement - humeurs - analyses - développement - coups de gueule

ecopolit

rss feed technorati fav

Lettre d'infos

Inscrivez-vous pour recevoir deux fois par mois les derniers articles de notre site!

Installez l'application Facebook d'Écopolit.

Les Verts sur Second Life

Catégories

Faites une GoodAction

Articles récents

Commentaires récents

Notre widget

Pour la mettre sur votre site.

Notre bannière

Affichez votre soutien !


Ecolos-Infos
Recommandé par des Influenceurs

CYBER-PETITION
Recommandé par des Influenceurs




Tout ce que vous avez toujours souhaité savoir sur l'écologie politique ici et ailleurs sans jamais oser...

Salon de l’agriculture: l’imposture

Published by Jonathan Morice | Filed under Agrocarburants, OGM, Bio, Agriculture

Le Salon de l’agriculture? C’était la grande inconnue. Certes, au moment de la campagne présidentielle, j’avais en bon militant distribué quelques tracts anti-OGM devant les portes d’entrée de cet immense raoult médiatico-populaire, mais sans trop d’illusions. Le Salon, dans mon esprit, c’était des concours de beauté pour bovins bien bâtis et habitués aux spotlights et puis c’est tout.

Cette année, tout allait être différent. Pour ce deuxième salon de l’agriculture post-Grenelle (déjà!), rien ne serait plus comme avant. Cette fois, dans cette grande opération de communication, seraient mis en avant le Bio, l’agriculture respectueuse de son environnement, la consommation responsable. Bah quoi, on peut toujours rêver, non? Et puis, même si ce n’est pas le cas, c’est toujours l’occasion d’une petite dégustation… Ah nan? Même pô? Baudiou!

Le Journal du Dimanche nous proposait même une revue des labels bios (il y en a plusieurs, certains, communautaires ou français, étant d’ailleurs trop peu exigeants) et une interview de Michel Serres nous expliquant que la révolution est en marche depuis que l’humanité est devenue urbaine à plus de 50%. J’avais envie d’y croire…

Quand l’équipe de Michel Barnier nous a proposé de participer à un débat avec lui  le samedi dans le cadre de ce salon, le meilleur d’entre nous avait accepté ce débat finalement “reporté” sine die, pour mettre le ministre face à ses contradictions sur la PAC, les OGM, les agrocarburants, etc. Pour ma part, je me suis contenté de m’y rendre entre midi et deux en semaine, histoire de me faire enfin une idée..

Le verdict est sans appel: c’est l’article du Monde qui touche juste lorsqu’il parle, avec le professeur Olivier Ihl, de “rituel théâtralisé, qui tourne sur lui-même, et semble vide de sens“. 600 000 visiteurs, et presque autant de caméras de télévisions, un ministre par jour, mais pas de véritable réconciliation entre les agriculteurs et la société. Juste la sensation d’une immense bousculade.

En fait de dégustation, quand on est pas Président de la République, on a le droit à des menus à 30 euros… Au mieux, une queue de 30 minutes pour espérer un petit-four au chabichou. “Pas grave, c’est la règle du jeu”, commente le journal Libération. Mais si, c’est grave! Remboursez mon invitation! En ces temps de dépression économique, quelle occasion perdue d’être nourri à l’oeil (pour ceux qui n’ont pas payé les billets hors de prix)!

La tentative pour rendre le métier agricole attrayant pour les jeunes frise le ridicule: des danseurs de Salsa aux tee-shirts bariolés tentent de convaincre tout un chacun que le métier est redevenu sexy.  Le tout au milieu d’immenses banières ”Mac-Donald” et “FNSEA”, quand il faut s’armer de beaucoup de patience pour dénicher les minuscules stands des vendeurs d’éoliennes ou de la Confédération paysanne. Et on chercherait en vain une AMAP…

Pour racheter le tout, je misais au moins sur l’aspect “international” de ce salon (37 pays étaient représentés). Mais les maigres vaches allemandes semblaient tout juste bonnes à servir de faire-valoir aux imposantes charolaises. Quand à la Méditerranée, à l’heure où l’on parle d’encourager le développement rural et de préserver la ressource en eau sur ses deux rives, elle était tout bonnement absente, si l’on excepte les vendeurs de pizzas italiennes.     

Alors, le miracle n’est pas arrivé?  Pourtant, c’est vrai, dans le métro, j’ai pu voir des basques à la mine réjouie, le pif aviné et le chant communicatif. Il y en a que, vraiment, rien ne pourrait abattre.  

mars 4th, 2009

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5 out of 5)
Loading ... Loading ...

Envoyer cet article à un ami Envoyer cet article à un ami
Imprimer cet article Imprimer cet article

2 Responses to “Salon de l’agriculture: l’imposture”

  1. AP Says:

    “le meilleur d’entre nous” c’est un peu exagéré, non ? ;)

    Sinon, c’est vrai qu’on attend toujours d’autres explications de ce soudain “report” de la rencontre avec Barnier et surtout la nouvelle date pour qu’on puisse quand même lui poser nos questions, aussi “dérangeantes” qu’elles soient !

  2. restaurant reims Says:

    Le salon est tellement grand, entre les halls dehors il y a aussi des démonstrations, on en prend plein les yeux c’est magique. Ca traite vraiment de tout, des animaux, des tracteursn, du jardin… enfin de tout. C’est dommage que ce soit bondé car c’est pas mal pour les enfants et ca leur permet de découvrir un peu d’ou viennent les choses qu’ils mangent (viande, lait, fromage etc). Le stand Botanic avec jeu de piste “les senteurs du jardin” était très bien conçu cette année j’en garde un très bon souvenir! Les enfants doivent retrouver le nom des légumes, fleurs, aromates etc…. Ils ont adoré !! Après, ils m’ont posé plein de questions et ont voulu en savoir plus sur les animaux, et les métiers. C’était un joli moment familial. Je le conseille. Il y a aussi le concept de la ferme pédagogique. dans ma ville il y a des séjours à la ferme d’organisé dès 4 ans. Et le salon de l’Agriculture c’est utile, ça permet de montrer des parisiens aux animaux de la ferme :)

Leave a Comment